Prix du sonnet : Palmarès

Lauréats des concours 2009 à 2017

1er concours (2009-2010) - Palmarès proclamé en 2011

Lauréat: Titre: Pierre   - Auteur: Paul Claes - (Kessel - Belgique)

Retrouvant chaque soir la flamme de la rose,
Qui rallume sa fleur comme un pourpre flambeau,
Je cherche mon amour caché dans ce tombeau
Où le tendre prieur de Saint-Cosme repose.

Je suis la pâle Hélène au teint jadis si rose
Dont le spectre flottant tel un triste lambeau
Se hâte, pourchassé par le cri du corbeau
Vers le sépulcre obscur que le serein arrose.


Pierre de Ronsard célébrait ma beauté
Dont il ne put fléchir la fière cruauté;
La mort  interrompit sa vieillesse morose.

Moi, je fus condamnée au pitoyable sort
De pleurer chaque nuit le poète qui dort
Imperturbablement sous l'ombre de la rose.

____________________________________________________________________

2ème concours (2010_2011)  -   Palmarès proclamé en 2012

Lauréat:  Titre: (sans titre )  -    Auteur: Jean-François Berroyer   ( 59 - Lille)

Ce jardin reposant, à l'éclat polychrome,
Où dorment au soleil la rose et le lézard,
Inspire le poète attentif ou musard
Par son calme apaisant et son subtil arôme.

Au sein du si serein prieuré de Saint-Cosme,
Le temps fléchit son cours et passe par hasard ;
Ci-gît le souvenir de Pierre de Ronsard
Dont on évoque encore aujourd'hui le fantôme,

Ô belle qui rêvez un peu d'éternité,
D'honneur impérissable et de gloire pérenne,
Vous regrettez sans doute avec sincérité

De n'avoir pas vécu dans ce siècle en Touraine
Où Ronsard, célébrant votre féminité,
L'espace d'un sonnet vous aurait faite reine.

____________________________________________________________________

3ème concours (2012 -2013)  -   Palmarès proclamé en 2014

Lauréat:  Titre: Pourquoi pas un sonnet?  -    Auteur: Pierre Ahnne  ( Paris)

Pourquoi pas un sonnet, dans le siècle où nous sommes
Ainsi qu'au bon vieux temps, deux quatrains, deux tercets,
Du vieil alexandrin dérouler les lacets,
Et chanter les amours des femmes et des hommes?

Car depuis le jour qu' Eve a savouré la pomme,
De quoi parler toujours, sans jamais se lasser
Pour le poète en mal de sonnets à trouver,                                                                                                                                     De Vancouvre à Pékin, et de Paris à Rome?

Il est vrai que parfois j'évoque le printemps,
les fleurs, le ruisseau pur et les oiseaux chantants:
Mais le printemps n'est là que pour dire:" je t'aime"

La rose me redit le rose de son teint,
L'eau claire de ses yeux, c'est le ciel du matin,
Le chant du rossignol, c'est encor mon poème.

________________________________________________________________

4ème concours (2014-2015)  -   Palmarès proclamé en 2015

Lauréat:  Titre: Dans mon jardin secret  -    Auteur: Alain Manaranche   ( 63 - Randan)

Dans mon jardin secret où j'aime à méditer,
J'ai semé du muguet et de belles pensées,
De bleus myosotis pour mes amours passées,
Un chrysanthème blanc pour ma postérité.

Dans mon jardin secret je viens, sans gravité,
Poser le lent fardeau des fleurs effacées,
Rêver la tendre rose aux épines lissées,
Dont le parfum serait douce fidélité.

Dans mon jardin secret je mêle l'ambroisie
l'arpège et la couleur en flots de poésie
Et j'embrasse les mots avec humilité.

Puis, dans les chants du soir, je cueille par brassées
Les étoiles d'argent de mes nuits éclipsées:
Ces fleurs, bonheur de l'âme, où le rêve est lacté.

_______________________________________________________________________

5ème concours (2015-2016)  -   Palmarès  (complet) proclamé en  décembre 2017

Lauréat: Titre: Jardin parfumé      - Auteur:Christian Le Clainche, ( 45  -  Allonnes),

J’aime l’or et le feu, les belles étincelles,
Et voudrais chaque jour enflammer ton jardin !
Vaste  pays de fleurs où de profonds parfums
Enivrent des oiseaux qui vont à tire d’aile.

Je vis en poésie et rêve pour durer ;
Une lune si frêle, une femme hirondelle,
Et tout un monde tient dans le creux de sa main !
Plus légère que l’air, elle offre  des festins,

Elle connaît la joie et sème le bonheur,
Ô belle qui rêvez un peu d'éternité,
Voici qu’elle devient la reine de l’ailleurs,

Ce royaume sans nom où tout n’est que merveille.
Donne-moi tous tes feux, des chants qui nous réveillent,
En ces instants si fous nous saurons nous aimer.

                                                                                                                                                                                  _______________________________________________

2ème prix: Titre: Octobre        Auteur:Gérard Mathias  ( 72  -  Le Mans)

Tu reparais, Octobre, aux portes de l’automne,
Tu es toujours fidèle à nos calendriers,
Où de charmants dictons honorent tes beautés
Et dépeignent tes ciels voilés et monotones.

Tes bienfaitrices pluies, à nos semis si bonnes,
Et puis tes coloris aux éclats métissés,,
Tels ces feuillages d’or aux ombrages cuivrés
Et ces couleurs fleuries où le vent papillonne                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Font chavirer mon cœur, et mon regard joyeux
Adresse un grand sourire à ces tableaux gracieux,,
A ces forêts que nimbent une blancheur brumeuse                                                                                                                                                                                                                                              Après-midi d’octobre où commence le soir,
Atmosphère feutrée aux parfums des terroirs,
Qui s’accordent aux  langueurs de mon âme rêveuse.                                                                                                                                                                   

Après-midi d’octobre où commence le soir,                                                                                                                               Atmosphère feutrée aux parfums des terroirs,                                                                                                                                Qui s’accordent aux  langueurs de mon âme rêveuse.

________________________________________________.

3ème prix: Titre: Le cœur à corps   Auteur: Myriam Beretti  (Versailles)                                                                                    (Nota: L'auteure, à l'envoi de son poème, était âgée de 16 ans)

Soldat sans crainte, qui jamais ne fuis personne,                                                                                                                                Homme de front, guerrier sans peur de l’ennemi,                                                                                                                                 Ton courage t’honore auprès de tes amis,                                                                                                                                          Couronnant les succès que la bravoure donne.                                                                                                                                  

Or, il se peut qu’un jour tes forces t’abandonnent,                                                                                                                               Lorsqu’épuisé soudain, à l’épreuve soumis,                                                                                                                                        Couvert de sang, de boue, écroulé à demi,                                                                                                                                         Tu entendras, défait, qu’en face le cor sonne.                                                                                                                                    

Soldat, c’est ce jour-là, qu’il faudra de la force                                                                                                                                    Pour pouvoir triompher, puisque sous ton écorce                                                                                                                                 La véritable guerre aura lieu contre toi.

La force, alors, c’est de ne pas rester à terre,                                                                                                                                     Le courage, avancer quand on est sans lumière,                                                                                                                                 La victoire, accepter les défaites du « moi »

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page